Réfugiés

Cher François,

Comme nous tous, Européens normalement constitués, tu as été ému aux larmes par la photo de ce gosse échoué, mort ; car un enfant de cet âge n’est pas fait pour avoir cette position sur une plage. Personnellement, l’image m’a fait sursauter, comme un coup. Je suppose que quelque chose de cet ordre a dû se produire en toi, puisque tu as pris le micro pour nous parler et nous communiquer ta volonté d’agir – et vite.

Je suis urgemment d’accord avec toi. Nous sommes des millions à être d’accord avec toi. C’est pourquoi – et je te le dis solennellement – arrête de te planquer derrière les autres ! Car tu en appelles à l’Europe en sachant pertinemment que rien de bien concret ne viendra dans les prochaines semaines. Car tu dénonces les comportements nationalistes et xénophobes de certains collègues européens comme si tu voulais justifier d’avance notre probable attentisme.

Propose, cher François. Ne calcule pas, pour une fois. Ne viens pas nous dire, dans six mois, que tu regrettes de ne pas avoir pris des mesures pour soulager le flot de malheurs que subissent les réfugiés – que certains journalistes s’évertuent à appeler « migrants ».

Le gouvernement d’Angela Merkel n’a pas attendu un assouplissement du bras droit tendu d’Orban pour proposer à son peuple d’accueillir, chez ceux qui en ont la place, des familles en déroute. Il verse déjà un loyer aux Allemands qui reçoivent des exilés. Cela permet à des personnes âgées, qui occupent parfois des surfaces trop grandes pour elles, d’héberger ces pères, mères et enfants dans le calme, le repos, le confort, la paix, l’hygiène et surtout cette valeur précieuse que l’on voit sur nos pièces de monnaie: la fraternité.

Organise cela chez nous, cher François. Donne aux Français, si nombreux le 11 janvier dernier, la possibilité de prouver leur grandeur. Je suis certain que des centaines de milliers d’entre nous sont prêts, si on les aide, à ouvrir leurs portes. Nos grands-parents, nos arrières grands-parents ont connu les routes, les bombes, le vol, la peur, le dénuement, la faim : autorise-nous à prouver que nous n’oublions rien, que cette société qui nous contraint à n’être que des êtres « consommant » n’a pas encore gagné, que nos cerveaux sont malgré tout disponibles pour la solidarité, l’amour et la compassion. Laisse cette France-là ridiculiser l’autre France, celle qui craint l’étranger, le stigmatise, cette France qui s’invente des voitures calcinées quand il n’y en a pas, qui compte, qui « faciès », qui pose des problèmes de robinets alors qu’il s’agit de frères en souffrance.

Aide-nous, par cette mesure simple, à tourner le dos aux décomplexés. N’attends pas l’Europe. Prends sur toi, on te couvre. Mets au plus vite sur pieds cette aide financière, cette participation au loyer, et les portes s’ouvriront. N’oublie pas que la courbe du chômage ne s’inverse pas, donc que les Français ne sont pas très riches: voilà qui permettrait à beaucoup d’entre nous de faire ce pas vers l’autre.

Je compte sur toi. Vite.

Philippe Torreton

Publié dans Uncategorized | 11 commentaires

Un jour

Un jour peut-être les êtres humains n’auront plus peur du noir, ils seront debout face à leur ignorance, admiratifs de ce qui les dépasse, joyeux de ne pas savoir et curieux de se mettre au travail.

Un jour, ils comprendront que le divin est partout et nulle part, qu’il n’appartient à personne. Ils comprendront que cette planète est un petit vaisseau autonome et fragile que tout ce qui disparaît ne se retrouvera plus, alors et seulement alors, ils jugeront ridicules ces histoires de prophètes, de messie, ces histoires à dormir debout, ces lectures erronées de livres sans auteurs, sans notes d’éditeurs, aux noms desquels on tue, on exploite, on juge, on voile, on interdit on croit.

Croire c’est blasphémer.

Il ne faut pas croire, il faut voir, regarder, admirer ce monde, cette vie qui lutte, qui pousse, qui pique, qui vole, qui rampe, qui nage, qui s’accroche, qui se multiplie ou se divise, qui se cache, qui siffle, hurle et chante, cette nature qui est incroyable en ce sens qu’elle ne demande pas que l’on croie en elle. Elle est là, par un hallucinant enchaînement de réactions chimiques et physiques, par le truchement de forces qui nous dépassent, par des hasards qui ne sont ni heureux ni malheureux qui sont et c’est tout. Ne pas comprendre mais avoir de quoi prétendre chercher n’est pas une tare mais une chance, une incroyable chance d’être vivant et d’en avoir la preuve par la pensée comme disait un certain.

Croire c’est ne plus être.

Un jour peut être on regardera les lieux de culte comme les traces d’une barbarie de la conscience, nous serons tristes en pensant à toutes les victimes de cette folie qui poussait les uns et les autres à prier en s’isolant de la connaissance comme on calfeutre une maison contre le froid. Un jour peut être l’important sera d’être dans la réparation du tort que l’on cause à notre petite planète, il y aura là matière à vivre, à travailler, à partager, à se sentir parti prenante de cette nature vivante qui ne demande rien mais à qui l’on doit tout…

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Avis à tout lecteur de ce blog.

Je vous signale que je n’ai pas de compte Twitter et ne compte pas en avoir un. Le compte « Ptorreton » qui se permet de répondre à ma place est un « fake » et la personne qui l’a ouvert est un usurpateur.
Je n’écris et ne parle qu’en mon nom, sans me cacher derrière un pseudo.
Que vous soyez d’accord avec les textes contenus dans ce blog ou très énervés par ceux ci,je vous demande de faire circuler cet avis afin que nous sachions toujours à qui on a affaire.
Merci à tous.
Philippe Torreton

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

P.s

Petite réaction après publication.

La France par son gouvernement vient d’obliger des établissements scolaires situés en Tunisie notamment de fermer dès aujourd’hui, des ambassades resteront fermées, par crainte de manifestations hostiles!
J’ai honte pour la France!
Je voudrais rappeler à Laurent Fabius et son ami de prudence Eric Izraeléwitch, directeur de la publication du Monde, qu’il y a quelques années en Algérie le GIA avait promis la mort aux enfants, aux parents et au corps enseignant algérien qui iraient à l’école. Malgré l’ultimatum sanglant, aucune classe d’aucune école n’a obéi, aucun enfant n’a manqué. Cela s’appelle du courage messieurs. Grâces à vos éditos et votre politique étrangère « île de Ré », l’extrémisme musulman a gagné cette bataille de la peur. L’avenir dira s’il s’agit d’une bataille décisive ou non. Nous n’avons pas, en aucune façon, à donner des cours de politique étrangère aux humoristes. En écrivant cela une réalité me saute aux yeux: faut-il être dans une grande incertitude sur nos valeurs et l’avenir du monde pour en arriver à appeler une bande de dessinateurs d’un journal satirique à tenir compte des tensions existantes dans le monde arabo-musulman? Un artiste ne fait pas des oeuvres en fonction de la politique du Quai d’Orsay ou de l’Hotel Matignon, voire des principes religieux ou de leurs traditions, un artiste fait ce qu’il lui semble devoir faire, cela ne regarde que sa conscience, son courage et la justice de son pays.

On ne peut pas célébrer et défendre des artistes opprimés qu’ils soient chinois maintenant, chiliens avant, africains ou russes…tiens russes? Et les Pussy Riot? Ce droit à l’excès et à la caricature revendiqué fort justement par notre ministre de la Culture… Ce droit ne serait-il invoqué uniquement pour les artistes vivant à l’étranger sous des dictatures? En France il faudrait tenir compte de l’actualité, des tensions internationales, des menaces qui pèsent, des ultimatums guerriers ou mafieux, avant de dessiner, de chanter, de mettre en scène, de peindre ou de photographier?

Cher peuple algérien, courageux sous la menace des intégristes, des bouchers du GIA, aujourd’hui j’ai un peu honte de ces appels à l’autocensure ainsi que des précautions policières entourant nos quelques lieux représentatifs à l’étranger, mais cela va passer: un petit dessin de Plantu, une chanson d’Enrico, un aspirine et au lit…

Publié dans Uncategorized | 6 commentaires

De l’islamophobie, vous dites?!?

Chers messieurs Moussaoui et Boubaker,

Autant vous le dire tout de suite je vous trouve plus lamentables que les plus fervents défenseurs d’un Islam radical hurlant leur haine dans les rues du Caire ou de Tunis. Eux au moins peuvent être considérés comme des fanatiques, c’est à dire des êtres conditionnés par des plus malins qu’eux car  le QI d’un fanatique religieux qui hurle devant les grilles d’une ambassade, d’un théâtre parisien ou dans un territoire occupé est en général inversement proportionnel à celui qui les manipulent, eux pour le moins ont la pauvreté, l’illettrisme, ou la peur comme fausse excuse. Mais vous, messieurs Moussaoui et Boubaker vous n’avez pas d’excuse , à moins que l’hypocrisie et la lâcheté en soient une…
Vous, comme les fous de dieux que vous êtes censés combattre en tant que représentants du culte musulman en France, en tant que leaders d’opinion, vous invitez les Musulmans de France à prendre la rue, à jeter des cailloux, à hurler comme des fous en leur disant que ces dessins sont des insultes, et des provocations…
La liberté d’expression ne se discute pas, il n’appartient pas à un Premier Ministre ni à un ministre des affaires étrangères, ni à un prêtre, ni à un Imam, ni à un représentant du culte musulman, ni à un éditorialiste de dire si un journal a raison de publier tel ou tel article, telle ou telle caricature, ni même à vous…. Seule la justice dans les pays libres comme le nôtre peut être saisie afin de juger ensemble s’il y a un délit. En revanche vous avez le droit de ne pas trouver cela drôle, c’est à dire  messieurs, vous pouvez critiquer.
Face aux caricatures de Charlie hebdo, vous auriez dû au pire les ignorer mais en tant que citoyen français vous auriez dû les défendre, oui les défendre, si vraiment l’Islam est une religion d’amour comme vous le dites, et je n’ai aucune raison de ne pas vous croire. Mais alors expliquez à vos ouailles ce que c’est que la tolérance, l’humour, la moquerie…et la critique.
Au lieu de cela vous incitez à la haine messieurs Moussaoui et Boubaker, vous parlez monsieur Moussaoui d’acte islamophobe à propos de ces caricatures mais les dessinateurs de Charlie hebdo n’interdisent pas aux croyants de croire, ils s’en moquent. Les dessinateurs de Charlie hebdo ne rêvent pas de voir Israël réduite en cendre mais critiquent la politique israélienne , ils n’interdisent pas  l’accès à l’éducation aux jeunes filles, ils ne rêvent pas de voir les programmes scolaires passés au crible de la religion , ils ne détruisent pas des lieux de cultes à coups de lance-roquettes dédicacées à Allah. Moi je vous retourne le compliment, vos difficultés à vous situer par rapport aux violences islamistes participent à favoriser l’ islamophobie.
Si demain des excités vont détruire des choses dans les  rues de Paris ce sera à cause de vous et non de Charlie Hebdo, car Charlie Hebdo est dans son rôle contrairement à vous.
Vous, vous devriez condamner la haine sans assortir constamment vos propos fades d’un « mais » ce petit mot des condamnations molles, je condamne les manifestations contre les ambassades américaines « mais »il faut reconnaitre que…
Quand on condamne il n’y a pas de mais….
La vérité c’est que dans votre tête vous n’avez pas encore assimilé l’Islam en Démocratie, vous avez peur de la foi non pratiquante, la foi intime qui ne regarde que celui qui croit, la foi qui ne donne pas de leçon aux autres, qui n’a pas besoin de costumes ni de postures pour exister, vous n’avez pas assimilé vous qui vivez en France pourtant la Démocratie, la République ni la Laïcité…
En fait l’islamophobie est votre fond de commerce, car elle resserre les rangs en même temps qu’elle fait serrer les poings, vous avez peur de la foi privée, de la « croyance vue de ma fenêtre », celle qui a fait déserter les Églises françaises, car ce qui les remplissait ce n’était pas la foi mais l’endoctrinement, il en va de même pour les mosquées. Un jour des musulmans n’auront pas peur de dire qu’ils sont croyants et qu’ils mangent du porc et boivent de l’alcool, un jour des musulmans n’auront pas peur de dire que le ramadan est un souvenir lointain, que l’on peut croire sans bêler, que l’on peut croire sans rites et que personne n’a le pouvoir ni l’autorité de juger la foi de l’autre.
Au nom du peuple français et de ses valeurs, je vous demande donc de revenir sur vos condamnations et vos caricatures verbales et verbeuses, je vous demande de soutenir la liberté d’expression en expliquant aux excités de la crise de foi que des dessins même les plus crus ne peuvent pas abimer l’Islam, que ces dessins sont la preuve que votre opinion sera protégée par la loi… Et expliquez le ensuite à ce gouvernement de gauche, aux journalistes CSP+ qui pèsent le pour et le contre, croyant faire ainsi leur métier mais ne se rendant pas comptent qu’ils se tirent une vraie balle dans le pied. Expliquez le aussi aux Évêques de France qui en vous comprenant espèrent regagner une audience perdue.

Publié dans Uncategorized | 102 commentaires

Ces chers gens en colère…

Il paraît qu’ils sont en souffrance donc, ces gens, et que c’est parce qu’il sont en souffrance que leurs bulletins de vote portaient le nom de Marine Le Pen. Ils n’en peuvent plus, ils sont au bout du rouleau, ils votent pour dire non comme on crie, paraît-il. Depuis quelques jours tout le monde devient thérapeute électoral, spécialiste en colère du peuple pas compris, en décryptage de bout du rouleau. On leur trouve des circonstances atténuantes, on comprend leur désarroi, on imagine très bien leurs colères… La droite, par la voix de son leader particulièrement en verve en ce moment, pense même que le Front National n’est pas incompatible avec la République, Gérard Longuet qui n’oublie décidément pas sa jeunesse brune pense que Marine est fréquentable, il faut juste bien caler le rencard entre deux bals neo-nazis en Autriche.

C’est parce qu’ils souffrent, donc, que leurs bulletins de vote sentent  le bouc émissaire, le responsable de tous nos maux,  allez disons-le : l’émigré.  Celui qui vient en masse, celui qui ne pense qu’à nourrir les siens restés au bord du bled, qui profite de la générosité de notre si-bon-si-con de pays, celui qui prie à genoux dans les rues, qui égorge des moutons dans sa baignoire, celui qui fait de ses enfants des dealers et des fouteurs de merde, et de sa femme une « Toto Solde » ambulante, celui qui ne respecte pas nos lois ni nos coutumes, mais qui au contraire, tente de nous imposer sa vie, ses mœurs, son oeuvre.

 

J’étais dans un magasin de bricolage à côté de chez moi à la campagne, cette campagne qui vote FN de plus en plus. Je furetais dans les rayons à la recherche de papier abrasif, un homme parlait aux caissières, il improvisait un petit meeting politique car il parlait fort, il parlait de la gauche, de cette gauche criminelle qui veut la mort de sa petite entreprise, nous étions au lendemain du premier tour, il ne restait donc que Hollande et Sarkozy et il affirmait pourtant que si la gauche passait, le smic passerait à 1700€ – proposition de Mélenchon mais on n’est pas à ça près la gauche c’est la gauche, « si c’est ça je ferme la boutique » disait-il, les caissières approuvaient commercialement, alors il continuait mon PME, il parlait de plus en plus fort, il passait au stade supérieur, nous disait qu’il a voté Front National car il en a ras-le-bol de cette gauche ! Chirac et Sarkozy doivent être de gauche donc, puisque ce sont eux qui gouvernent depuis dix ans, cette gauche qui donne toujours aux mêmes, « hein, vous voyez qui je veux dire ? » Et au bout de trois minutes de ce discours si argumenté et pertinent, il ouvre les vannes amères, « Y’en a marre de ces bougnoules ». En quelques phrases, cet homme est passé de commentaires politiques qui valaient ce qu’ils valaient, à l’insulte à caractère raciste. Une poignée de secondes pour retrouver cette odeur d’œuf pourri de la stigmatisation, de la mise au pilori de l’autre quel qu’il soit…

Et pourtant il y a des gens qui souffrent en France, c’est une réalité qui nous fait honte, il y a des pauvres, des vrais, c’est à dire des gens qui n’ont rien, pas d’engins agricoles, pas de toutes petites entreprises au bord de la crise, pas de fond de commerce, pas de petit studio à Nice, pas de bar PMU en passe d’être racheté par un chinois, rien, des gens qui n’ont vraiment rien et qui se retrouvent au chômage sans savoir comment ils vont rembourser leurs dettes, des gens incommodés par leurs voisins quels qu’ils soient, des gens qui regardent leur quartier ou leur ville se dégrader, des gens qui tiennent à leurs coutumes, à l’histoire de leur pays, à leurs racines chrétiennes, des gens qui sont aussi choqués par l’extrémisme religieux d’où qu’il vienne, et qui pourtant ne voteront jamais Front National, qui n’auront jamais envie de reporter leur difficultés de vivre sur la tête de quelqu’un. Il y a des gens en France qui ne diront jamais au bout de deux ou trois minutes de réflexion politique, des mots comme « bicot », « crouille », « bougnoule », « négro », « youpin », « chinetoque », « niakoué », et compagnie…  Des gens qui ne peuvent se résoudre à réduire le monde à des schémas de causes à effets dignes des cours de récréation d’école primaire. Ma grand-mère a souffert pendant la dernière guerre mondiale, elle a perdu son père et son frère sous les balles allemandes et pourtant je ne l’ai jamais entendu parler des allemands actuels en les qualifiant de « boches »… La souffrance a en elle de la dignité, regardez tous ces gens qui sortent des tribunaux parents de victimes ou victimes eux même, rares sont ceux qui se laissent aller à tenir des propos dégradants sur les responsables de leurs souffrances. Dans leurs cas, le responsable est souvent là sous leurs yeux, il existe, il peut se pointer du doigt facilement et pourtant ils ne le font pas.

 

Je dénie tout caractère de souffrance au vote FN, réservons ce mot grave à celles et ceux que la dignité élève dans le malheur, pas ces rabougris de la vie qui ne jurent que par la France et qui pourtant l’insultent de Bleu Blanc Rouge, de Jeanne d’Arc crucifiée, et de 1er Mai Viollet Le Duc.

La colère est ingrate, elle rend le visage laid et le bulletin lepéniste. À les écouter, ces colériques du bulletin, la France est une passoire, un pays envahi, une zone de non droit, un pays corrompu, la justice française une vieille dame laxiste qui ne voit plus très bien les plateaux de sa Roberval, et l’école publique un centre de recrutement pour futurs djihadistes… Une France caricaturée, une France de fantasmes, une France comme un déversoir d’ignorance et d’aigreur, une France de non pensée car voter FN c’est voter pour quelqu’un qui n’a pratiquement aucune chance de se retrouver à l’Elysée ou Matignon, on peut donc lui refourguer à ce candidat tout ce qui traine dans la cave et le grenier, voilà c’est ça ce vote, c’est du vide-pensée comme il y a des vide-greniers.

Publié dans Uncategorized | 17 commentaires

Carte de presse

Carte de presse

Cet article est un appel.
Je lance un appel aux chaines de télévision ou pour le moins leurs directeurs et directrices de l’antenne et de la rédaction, pour faire savoir que ma femme et moi, nous aimerions animer le prochain débat de l’entre-deux tour des élections présidentielles de 2017.
Nous avons une bonne culture générale l’un comme l’autre, nous sommes intéressés par la politique mais je m’empresse de dire que nous pouvons très bien arrêter de lire les journaux et les analyses politiques d’ici-là, afin de ne pas être tenté d’intervenir pendant l’émission. Nous nous entrainons à lire l’heure avec des aiguilles -la petite et la grande – mais également avec des chiffres, nous savons faire des soustractions et par conséquent nous pouvons estimer de façon très précise, une différence de temps de parole. Nos métiers nous ont formés l’un comme l’autre à articuler,et chacun dans sa personnalité est capable de faire preuve d’une certaine autorité qui nous permettra de rappeler aux candidats que le temps passe et de ne pas interrompre son adversaire.
Etant donnée l’absence de plans de coupe sur l’écoute d’un candidat quand l’autre parle, je crois pouvoir dire que ma qualité de comédien offrira une palette de mimiques plus variées. Nous déciderons, bien sûr, avant le débat des mimiques à privilégier ainsi que celles à proscrire.
Physiquement, nous sommes prêts à effectuer les deux ou trois petites transformations de notre apparence, petit régime, coupe de cheveux, taille des sourcils, maquillage, coloration etc…
Nous avons déjà des possibilités de partenariat avec des grandes marques de vêtements, mais nous sommes prêts à discuter de vos propositions.
Nous alignerons nos salaires sur ceux des derniers participants ni plus ni moins.
N’habitant pas Paris, nous aimerions pouvoir être logés après le débat, et que nos titres de transport soient pris en charge par la chaîne.
Merci de prendre en compte notre candidature et de nous faire connaître votre réponse à cette adresse.

Philippe Torreton

Publié dans Uncategorized | 7 commentaires