Et voilà la civilisation qui revient !…

Il était, à Bordeaux, notre grand Vizir qui lave plus blanc, sans doute encore sous le choc, le pauvre, de cet odieux attentat contre sa personne à deux heures trente de TER de la gare Saint-Jean.

Je rappelle les faits : une petite foule d’êtres humains, pas contents du bilan de notre Premier Chanoine de l’Archibasilique Saint-Jean de Latran, et qui l’expriment dans la rue devant les caméras… Un acte odieux. Je m’étonne que « Le Figaro » n’ait pas, sous la plume du si pertinent Mougeotte, comparé l’attentat de Bayonne à celui du Petit Clamart. D’ailleurs ne parle-t-on pas de ces rues étroites comme du « Petit Bayonne » ? Tout se tient. Allez Etiennne, ne vous contentez pas de ne « pas emmerder la droite », aidez là ! Ne devrions-nous pas lancer une circulaire préfectorale pour, non pas rafler, le mot est trop fort, mais disons plutôt, inviter vivement ces excités à monter dans des bus pour les emmener ailleurs lorsque le Président se promène? Je pose la question simplement…

Après un débriefing parisien sûrement musclé, une complainte à Bruxelles pour leur dire « si vous voulez me revoir élisez moi, sinon je m’en irai, comme un prince contraint à l’exil », notre Sachem se retrouve donc à Bordeaux pour dire plein de choses vachement intéressantes sur la France, et pour redire que François Hollande est un dangereux activiste prêt à toutes les alliances pour gagner. La preuve : Bayonne ! Et pour nous parler encore des étrangers et du problème qu’ils posent…

Merci Monsieur le Président d’oser dire tout haut ce que certains  disent tout bas de peur de se faire condamner. Vous, vous y allez carrément, et pour cause il y va de votre victoire. Car d’après vos copains journalistes indépendants du JDD (c’est bon comme ça Denis Olivennes ?), le seul moyen de gagner l’élection c’est de barrer la route du premier tour à Marine. Car en cas de non présence de la candidate frontiste à l’élection, tout change. Les cartes sont à redistribuer. Et seulement dans ce cas là vous avez une chance de gagner un second tour de piste. C’est pour cette raison que vous avez ordonné au gardien du troupeau UMP de ne pas autoriser de parrainages avec le Front National, et pendant que l’on y est de tous les autres candidats. Ainsi leurs abandons successifs passeront pour des ralliements à votre grandeur.

Mais en attendant il faut cracher du lourd dans les interviews et les meetings. Il faut envoyer des preuves de consanguinités aux électeurs frontistes qui, selon le plan, seront orphelins de candidats. Et force est de constater que les dragées Fuca libératrices de la pensée putride constipée ont rempli leur mission l’autre soir à Bordeaux…

Tout d’abord grâce à vous et à votre obstination, je dois le reconnaître, la loi du talion reprend du poil de la bête en France. En effet, vous désirez que la victime puisse s’exprimer sur la remise en liberté du condamné. Encore un effort, et si la victime le demande poliment, nous devrions pouvoir remettre en fonction la guillotine! Des jurys populaires à tous les stades du processus judiciaire, venant encadrer des magistrats sous payés et craintifs, car accusés en permanence d’être du côté des assassins, par gauchisme (car la gauche préfère le coupable à la victime c’est bien connu). Voilà la vraie justice que souhaite Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bosca. Alors que la justice, dans nos démocraties, est là pour libérer la victime de son désir obsessionnel de vengeance, pour placer l’Etat entre elle et son agresseur, pour dire à l’agresseur que ce n’est pas la victime qui se venge, mais nous tous, la société,  qui décidons, non pas de nous venger, mais de vous infliger une peine, car votre acte est une violence faite à nous tous. Voilà ce que la justice, siècle après siècle, a tenté de peaufiner et voilà ce que le  candidat « naturel » de cette droite, dont certains sortent des meetings en baissant les yeux comme au sortir d’un Peep Show, cherche à ridiculiser, en redorant le blason du jury populaire seul détenteur de la vérité…

Ensuite, il y a eu cette phrase, pas encore le must de la soirée bordelaise, mais du fort, je cite : « donner le droit de vote aux étrangers c’est porter atteinte à la République ». Il y a tout dans cette phrase. D’abord « donner », comme un cadeau que l’Etat trop-bon-trop-con, s’apprêterait à faire à cette horde d’étrangers avides de nous écraser. Comme si voter pouvait faire l’objet d’un don d’une communauté à une autre. On n’a pas « donné » le droit de vote aux femmes en 1945, on n’a fait que rectifier très tardivement une lamentable injustice. Voter est un droit pas un cadeau.

Ensuite il y a ce concept : « aux étrangers ». Personnellement j’en ai marre de ce mot d’ »étranger ». Même l’appellation « ministère des affaires étrangères » relève du haut moyen-âge pour moi. Les étrangers ça fait envahisseur. Ces barbares qui fonçaient sur leurs petits chevaux à travers l’Europe pendant que leurs entrecôtes, pas encore halal, s’attendrissaient sous leurs selles.  Dans « étrangers » il y a étrange, donc bizarre, donc pas comme nous , donc méfiance. L’étranger ce horla.

Nous en arrivons à l’acmé de cette phrase « porter atteinte à la République »,  à comprendre ici comme « causer un préjudice moral à la République ». Les étrangers apporteront donc de l’immoralité à notre République, via ce fameux droit de vote que la gauche corrompue s’apprête à leur « donner »… Et si les étrangers apportent de l’immoralité via ce droit de vote, c’est qu’ils l’ont en eux cette immoralité, c’est intrinsèque à leur statut d’étrangers.

C’est pour cette raison que nous en arrivons quelques phrases plus tard à cette merveilleuse saillie présidentielle  « Les jours fériés chrétiens doivent être considérés comme des faits de civilisations, la civilisation de la République Française ».

Bingo ! Bouge pas, Guéant, j’arrive ! Tu frappes, et je passe derrière pour expliquer…

La civilisation de la République Française… Comme moi vous ne savez pas bien ce que cela peut vouloir dire, voire que cela pouvait exister ce genre de civilisation ?  Vous aussi vous trouvez que tout est mélangé dans cette phrase : les jours fériés, la chrétienté, la République, qui en principe est laïque ; que c’est du grand n’importe quoi ?

C’est n’importe quoi! Pourquoi pas une « civilisation des Monarchies Constitutionnelles » ou une  » civilisation de ceux qui fêtent leur victoire politique au Fouquet’s »?

Mais au Think Tank de l’Elysée on prépare une croisade, une énorme opération de  pompage des voix  du paquebot FN qui devrait s’échouer avant la bataille par manque de parrainages. Et quand on se prépare  à ce genre de croisade, on ne fait pas dans la dentelle. N’oublions pas que le modèle américain de Nicolas Paul Stéphane n’est pas Barack Obama mais Georges Walker Bush  qui parlait de croisade du bien contre le mal, et qui pour justifier celle-ci avait inventé des stocks d’armes de destruction massive cachés un peu partout en Irak…

Chez nous, à cause de Marine Le Pen, depuis quelques lamentables jours, nous avons, nous aussi, nos armes de destruction massive, qu’il faut trouver et détruire. Ce sont des stocks de viandes halal, cachés un peu partout autour de Paris la pure, Paris la chrétienne, qui ne se rend pas compte, la pauvre, que le cauchemar est en route.

Pas con le coup de la viande. Coudre un morceau de tissu sur un manteau pour identifier et stigmatiser une population, ça s’est déjà fait, en d’autres temps, trop proches encore. Il faut attendre. Mais un bon vieux coup de tampon vétérinaire  à l’encre jaune en forme de croissant par exemple sur un morceau de viande, c’est génial !!!

Que ce débat trouve des relais un peu partout est à vomir.

On arrive même, pour se greffer sur ce faux débat, à trouver un alibi en béton : la souffrance animale. On parle de « traçabilité » comme d’une évidence pour le consommateur. La main sur le cœur (ou l’estomac), on pense à tous ces « Daniel Pearl d’animaux » égorgés vivants la tête tournée vers la Mecque. Car c’est de cela encore et toujours qu’il s’agit: la viande halal c’est le danger qui vient du fond de cet Islam fondamentaliste. Qui se souciait de ça avant que Le Pen ne nous le vomisse ? Regardez «Our Daily Bread » de Nikolaus Geyrhalter, et voyez comment on tue nos bêtes dans nos abattoirs bien de chez nous, dans notre civilisation des abattoirs chrétiens. Accorder une quelconque pertinence à ce débat est une honte… Pendant ce temps, des stocks de maïs OGM sont prêts à être semés sur notre sol, et je vous invite par avance à vous tenir prêts à voir le prochain film de Jean-Paul et Béatrice Jaud ( « Nos enfants nous accuseront ») qui s’intitulera « Tous Cobayes ? » afin de comprendre où est l’urgence, et où se situe l’immense scandale.

Il faut oser dire que l’on se fout de ce débat, car tenter d’y apporter une brève réponse c’est déjà accorder à ceux qui l’on porté sur la place publique, un reflet de pertinence.

Et pour finir, contrairement à ce que nous ordonne la « bien-pensance » actuelle, on a le droit d’avoir nos ennemis en politique. Il y a des ennemis en politique.  Tous ceux, par exemple, qui classifient les humains en les comparant.  Comparaison d’être humain à être humain, de métier à métier, de quartier à quartier, de pays à pays, de civilisation à civilisation… Toute personne se livrant à ce genre d’exercice est mon ennemi.

Les nomenclaturistes de l’espèce humaine sont mes ennemis. Il n’y a qu’un instrument d’écart finalement entre un Claude Guéant et les savants du 19ème siècle qui mesuraient le périmètre crânien des populations indigènes fraîchement colonisées pour classer les races et les civilisations.

Un classeur est un classeur quoique l’on mette dedans. Claude Guéant est un classeur, il appartient donc à cette grande famille des classificateurs dans laquelle se retrouvent pêle-mêle les théologiens et les juristes de la Controverse de Valladolid, qui cherchaient à savoir si les sociétés indigènes d’Amérique du sud constituaient une civilisation légitime, donc respectable, ou si l’on pouvait passer tout ça au fil de l’épée. Mais aussi, et j’en suis navré pour vous messieurs, les généticiens nazis qui profitaient des camps pour classer et trier l’être humain avant de l’éliminer.

Tout ceux qui relativisent, excusent ces propos, cousinent lamentablement avec cette grande famille, sont donc mes ennemis.

À bon entendeur salut!

Advertisements

A propos philippetorreton

Bonjour à tous, voilà je viens de terminer ma bouteille de rhum, elle est vide maintenant, je vais pouvoir y mettre mon bout de papier dedans la rebouchée et la jeter très loin derrière les grosses vagues qui ramènent tout sur le sable comme les chiens, très loin sur la toile marine... C'est émouvant un blog, c'est peut-être la plus pertinente suite logique à l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Et voilà la civilisation qui revient !…

  1. luceluciole dit :

    Vous écrivez fort bien ce que je pense et je vous en remercie.

  2. Picvert007 dit :

    Commentaire d’une journaliste dans un 20h de France 2 le jour du meeting de Marine Lepen :  »Marine Lepen copie Nicolas Sarkozy(…) » . On ignore si cela fut dit par ironie ou en toute innocence ou bêtise. J’opterais pour la seconde hypothèse. Ce soir le Petit Journal diffusait un reportage sur le meeting de Bordeaux. Des militants UMP s’exprimaient et l’on pouvait chercher la difference entre leurs propos et ceux du FN. Rien ne les differencie, même hargne,même bave, même détournement du drapeau tricolore. Un président de la République parle comme l’extrême droite , ce qu’il n’a cessé de faire depuis sa campagne de 2007. En d’autre temps nous serions descendu dans la rue. Ce qui fut une honte hier est devenu aujourd’hui familier. Encore un peu de patience et tout finira mal.

  3. @StephTrim dit :

    Merci pour vos articles : ils reflètent exactement mon exaspération quotidienne devant les écrans de fumée que nous balancent l’UMP.
    Un autre sujet qui pourrait briller sous votre plume : avez-vous remarqué cette tactique incroyable qui consiste à accuser l’autre de ses propres maux ? Quelques exemples : la gauche dispendieuse, créatrice de dette (la dette publique n’a jamais été aussi basse que sous les gouvernements de gauche), de chômage (idem), d’agressions (quel est le seul président à avoir insulté les Français pendant son mandat ? A t-on de mémoire de républicain vu des ministres aussi agressifs que Morano, Besson et Guéant ???). La gauche créatrice d’insécurité, d’injustice, alors que le ministère de la Justice a été pilonné comme jamais pendant une mandature (de 5 ans heureusement, pas 7, merci Chirac).
    On accuse même Hollande de changer d’avis (seuls les idiots…) alors que notre président des convictions, des valeurs est celui qui a fait le plus de volte-face, aussi improbables puissent-elles être ?
    Notre président-valeur arc-bouté sur le sacro-saint symbole du mariage qu’il respecte tant ! Pensez-vous ! 3 femmes, 2 divorces, des trahisons (Cécilia, la femme de son « ami » Jacques Martin, des liaisons hors-mariage – Claude Chirac, …), pour finir avec Carla Bruni, symbole (bi-)national de vertu…
    Enfin, tout cela me donne le tournis, un incroyable sentiment de malaise tellement l’odeur des mots, et les idées sous-jacentes sentent mauvais et rappellent de si tristes souvenirs.
    Cela provoque un tel sentiment de rejet en moi que j’en culpabilise parfois : ‘arrête de te focaliser’, ‘peut-être as-tu tort ?’, ‘tu deviens radical’. Mais non, je n’ai jamais été un radical, au contraire : un démocrate, laïque, républicain, tolérant et ouvert aux autres.
    Mais à force de communication et de matraques de fausses vérités, la société finit par céder : c’est un peu comme la Lambada, c’est nul, mais à force de la passer tous les jours à la télé, on finit par en vendre des millions.
    Rares sont ceux que je croise qui sont restés perméables à la diffusion de ces idéologies nauséabondes, de ces doutes destructeurs. Vous en êtes un des plus brillants écrivains.

    Encore une fois, merci Philippe pour vos articles : l’espoir d’une société tolérante, ouverte, rieuse et progressiste renaît. La lumière au bout d’un (long) tunnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s